Clement Charles

Clement Charles 's thoughts
May 21st, 2013

Paradigme de traitement du linge, aujourd’hui et demain

Future of Laundty

J’avais indiqué que je voulais parler de tout sur ce blog. La preuve, avec cette article sur la lessive, pompeusement intitulé paradigme de traitement de linge (= “comment je fais ma lessive”, en novlangue techno-scientifique ; ) …

Voici mon idée

Dans un monde où les polluants sont de plus en plus petits et de plus en plus nombreux, je me demande si la façon de laver son linge ne va pas évoluer pour faire face aux risques toujours plus grands de contamination chimique et de pollution par micro-particules de toutes natures.

 

 

Paradigme De Traitement Du Linge Actuel 

En effet, aujourd’hui, le paradigme de traitement du linge est un paradigme essentiellement colorimétrique (le blanc va avec le blanc, les couleurs avec les couleurs) et type de textile (la laine avec la laine, les synthétiques avec les synthétiques), avec un classement sur ces deux axes: une machine de laine blanche, une lessive de synthétiques de couleurs.

Dans le futur, avec une augmentation croissante de la micropollution autour des individus et aussi une compréhension accrue des problèmes de santé et sociétaux engendrés par cette pollution, il me semble que le paradigme pourrait devenir “un paradigme des couches” (=layers).

Je m’explique: chaque personne, en été comme en hiver à tendance à porter plusieurs types de couches de vêtements. Une couche qu’on pourrait qualifiée d’intime, qui ne touche que sa peau, sous-vêtements principalement, maillot de corps et chaussettes, une couche « d’entre deux » qui est en partie en contact avec l’extérieur, comme le pantalon ou la jupe, et enfin, une partie qui n’est que partiellement en contact avec l’extérieur: le pull, le t-shirt, des choses comme ça.

Vers Un Paradigme De Couches

 Pour redéfinir les couches de manière un peu plus claire:

• La première couche est une couche intime qui ne rentre pas en contact avec l’air extérieur.

• La deuxième couche, est une couche intermédiaire dont un côté touche la personne et l’autre rentre en contact avec les matières extérieures.

• Enfin, une troisième couche et des couches 100% extérieures comme une veste par exemple, un manteau, dont la couche externe est en contact avec l’atmosphère et la couche interne touche la dernière couche de la couche intermédiaire.

Donc, si aujourd’hui on va laver des sous-vêtements blancs avec un pantalon blanc en se basant sur un paradigme colorimétrique, je pense que demain, on aura plutôt tendance à laver la totalité des sous-vêtements ensemble afin de ne pas mélanger les polluants extérieurs avec cette couche qui ne fait que rentrer en contact avec l’intime de la personne, et donc les endroits du corps qui pourraient être les plus perméables aux pollutions de diverses natures. Ce qui n’empêche de continuer à séparer les couleurs ou les textiles pour préserver ses vêtements.

Principe de Précaution

Dans la même logique, en plus ou à la place de la distinction couleur/matière pour les habits, je pense qu’on aura tendance à grouper la totalité des couches extérieures dans un même lavage afin de garantir que les polluants de ces vêtements qui sont en contact avec l’extérieur ne soient pas transmis à des couches plus intimes. Cela permettrait potentiellement d’optimiser les capacités de faire varier les conditions de la machine en fonction  (quantité d’eau, température de l’eau, type de détergents utilisés) pour faire face au mieux aux risques de ces polluants. Et ce en attendant l’intégration de ces questions par les fabricants qui pourront eux aussi, dans l’avenir, proposer des solutions “hardwares” à cette question (filtres renforcés, différents tambours) à ces questions ou j’apporte une réponse comportementale.

Enfin, pour conclure, la question qui peut se poser est:« Quelle est la réalité du danger de ces polluants? ». Je ne me prononces pas là-dessus dans cet article, même si le passé nous a montré que l’industrie avançait souvent plus vite que la protection de la santé et qu’il était important de ne pas sous-estimer le principe de précaution comme un élément fondamental de garantie de la longévité et de la possibilité de pouvoir choisir dans le futur, différentes options et choix de vie.

Future Design On Washing Machine

 

 

 

 

 

 

 

 

Connected Articles & Images Sources: 

Future Washing Machines

Plastic is the Future of Washing