Clement Charles

Clement Charles 's thoughts

Archive for the ‘Quantified Self’ Category

May 18th, 2013 by Clement Charles

Step Tracking: different paradigms

Hey – This article is in French – Sorry for my English readers. 

 

Dans le cadre de mon test de ON Daily, je conclurai enfin en disant que sur une promenade test de 9 kilomètres que j’ai eu l’occasion de faire, mesurée avec deux apps de tracking sur deux téléphones différents. La différence de pas et de distance était près de 2 000 pas et d’un peu de 1,7 kilomètre. Donc clairement, ce problème de configuration du tracker crée énormément de variations.

Sur ce dernier point, il est important de constater, dans la lignée de la conférence Quantified Self d’Amsterdam de ce week-end que la définition d’un “pas” en tant que tel n’est pas figée dans le temps ou défini par une norme universelle. Gary Wolf, le pionnier du quantified self indiquait que les tests montraient des variations assez fortes entre le podomètre de Nike: « Nike FuelBand » et le « Fit Bit ».

What’s a step ?

Selon Gary, son impression était de dire que pour « Fit Bit » n’importe quel petit mouvement était considéré comme un pas, le paradigme de l’objet étant de faire bouger les gens qui n’ont pas assez de mouvements, de faire que les informaticiens se lèvent de derrière l’ordinateur et de leurs chaises.

A l’inverse, ces petits mouvements de jambe, ces demi-pas, ces petits sauts sur les talons n’étaient pas considérés par Nike comme des pas et donc pas décomptés dans le décompte d’activités du jour. Selon Gary, cette différence venait aussi de l’idée que Nike étant un équipementier sportif, il créait des outils de mesure qui mesurait les pas actifs, volontaires, énergiques et non pas n’importe quel mouvement de l’accéléromètre.

Cela confirme une fois de plus l’immensité du champ des questions ouvertes par le Quantified Self. Des questions techniques bien sure, qui ont ausssi souvent une dimension philosophique.

May 17th, 2013 by Clement Charles

Review OnDaily Tracker par Decathlon (French)

Hey, this content is french. Sorry for my English speaking friends and readers. 

La clé fonctionne comme un podomètre qui mesure le niveau d’activité des personnes qui la portent. Chaque clé est synchronisée avec un compte mygeonaute.com qui permet de synchroniser des données et de bénéficier des systèmes de coaching sportif qui donnent des défis. Le produit a un prix très attractif: 45 euros. Il est relativement facile à configurer et à utiliser. Il se présente sous la forme d’une petite clé USB avec des indicateurs LED qui indiquent le niveau de charge.

Le premier bon point est le prix. Deuxièmement, le fait qu’une grande entreprise comme Décathlon souhaite se lancer dans le quantified self et le self tracking est aussi un bon signe pour l’évolution vers la santé électronique.

Capture d’écran 2013-05-17 à 10.30.32

 

Ensuite, mon avis se dégrade. En effet, les performances techniques de l’accéléromètre et du tracker sont très très faibles. Ce qui est autant dû à une performance de base relativement faible qu’à une configuration du tracker relativement erronée. Par exemple, les pas ne sont mesurés qu’à partir d’une minute de pas continus. Ce qui veut dire que quelqu’un qui passe sa journée à se déplacer dans son appartement ou son bureau en faisant des déplacements d’une cinquantaine de pas de 40 secondes ne se verra crédité d’absolument aucun pas ni aucun point.

Ce paramètre m’amène à commenter les fonctions de coaching sportif aujourd’hui principalement articulées autour de l’idée de défis. Les défis sont de diverses natures qui représentent les différentes façons de mettre des équivalents sur un nombre de pas.

 

•           Les défis verts sont de consommer, avec un certain nombre de pas, le nombre de kilowatts ou de calories nécessaires pour allumer une ampoule ou faire une machine à laver.

•           Les défis food ou alimentaires sont en rapport avec faire le bon nombre de pas pour couvrir les calories d’une pizza ou d’un croissant.

•           Les défis géographiques sont en rapport avec des distances comme la traversée de Paris, de part en part, ou afire le tour de l’île de Manhattan à New York.

L’idée en tant que telle de défi est assez intéressante et peut être relativement excitante. Elle est totalement en phase avec les idées de « gamification » très présente en ce moment, ou tout doit devenir ludique pour avoir une chance d’exister.  Néanmoins, la promesse du service d’être un service de coaching sportif, évoltutif et motivant, alors que la réalité est beaucoup plus binaire.

En effet, lorsque vous vous fixez un défi de faire 5 000 pas dans la journée et que le nombre de pas final est de 4 997, le défi est considéré comme raté. A aucun moment la machine intervient pour vous dire: « Il manquait 3 pas. », « Vous y êtes presque. », « Défi raté mais presque réussi. », « Continuez ». La partie donc des encouragements si essentiels au coaching sportif et au personal trainer est donc ici complètement absente.

L’autre élément qui est assez décevant, c’est l’interface graphique du site web. Elle est composée de petits widgets qu’on peut assez facilement manipuler pour adapter le visuel et l’organisation des modules sur la page à sa volonté, ce qui est bien. Par contre, les modules eux-mêmes sont très très pauvres. Il y a un menu «News» par exemple, dans lequel il n’y a aucune actualité. Quelle soit sportive, nutritionnelle, ou même sur l’actualité des produits de la marque. L’onglet « itinéraires » est aussi déprimant – on commence par voir une carte de l’europe, et on doit rentrer toutes ces données «  à la main », sans aucun parcours pré enregistré, aucune proposition de parcours (type GR ou tourisme pédestre) ou de capacité à fixer un point de référence. L’onglet « entraînement » ne propose rien. La plateforme apparait donc comme, au mieux, pas terminée.  La capture ci-dessus est ce qu’il y a de moins moche à mon goût et représente une journée plutôt active.

Dans la même logique, on constatera avec dépit que la totalité de l’interface et du système a été pensé pour travailler avec un PC qui tourne sous Windows. Cela ne créer pas de problème particulier sur Mac, mais donne une impression cheap, particulièrement déplaisante.

Pour conclure, je dirai que cette incursion de Décathlon dans le monde du self tracking et du quantified self est bienvenue. Bienvenue, car elle démontre l’importance croissante que va prendre ce mouvement dans les pratiques sportives quotidiennes du grand public; ainsi que dans la gestion de la santé.

Par contre, le produit n’est clairement pas abouti. Il manque à la fois de logique (problème de quantification des pas et de structuration, de qualification, de transformation des données) et n’est pas du tout à la hauteur non plus en termes d’interface web. Il semble que les gens qui aient sorti ce produit chez Décathlon n’ait jamais fait un tour, ou même vu, des captures d’écran des interfaces web de leurs concurrent, que ce soit FitBit ou JawBone.

Le prix des concurrents est environ le double de celui du ONdaily. La comparaison reste toujours en faveur des concurrents qui ont des interfaces web pointues, des trackers plus précis et qui proposent de saisir d’autres types de données et qui permettent assez facilement d’exporter ses données. A suivre demain, une comparaison des paradigmes techniques de différents trackers, inspirée par quelques mots de Gary Wolff au QS EU 13.

May 13th, 2013 by Clement Charles

Comprehensive meta platform for QS and personal data

Capture d’écran 2013-05-12 à 09.50.01

The world of Qs, data gathering and life logging is still very, very, fragmented to say the least. This fragmentation  is also one of the current issues that normal user have that stops them of tracking their behaviors and habits. Indeed, correlation and therefore knowledge, is only possible were multiple data sets are in the same system, and can be correlated and produce information.

In that sense, I had the pleasure to discover three current project at the QS EU conference last week end. Fluxtream  (captions above), ZenoBase and Sympho.Me . Fluxtream seems the most advanced and the most “exhaustive one” but ZenoBase is also great, smartly done and seems to work very well. Sympho.Me is still in early stage with no much source of data that can be integrated into the account. I will test them a bit more extensively and provide you a more detailed feedbacks in the coming weeks.

 

May 12th, 2013 by Clement Charles

Intimacy, innovation and emotion: my 1st day at Quantified Self Europe 2013

Despite I’ve been to at least 500 conferences and event in my life, I rarely have felt as much emotion that during my presence at Quantified Self Europe in Amsterdam.

I got into QS for fun, for passion of technology and to feed my appetite of data. Not to solved any health problem in particular, because, thanks to life, I am in good health, good mind and good personal situation.
Here in Amsterdam, I just start to understand that a lot of the pioneer and fellow trackers did go there to solve real problems, to improve medical conditions, to have a better chance of solving their health problems or in some case, to find by themselves solution that the medical community could find or would not search for.  Also, I am surprised, in a way moved, by the level of intimacy you find in the “show&tell” presentations. I some time feel as voyeur, looking at personal medical files of relations. But I am not. People share, I am just there.
The first presentation by Robin Barooah and Jon Cousin were great introduction, a great to give deep into their brain, heart and souls. It requires courage to publicly speak about personal issues and how it was hard to solve them. It will surely help so many others to share about how they could move on and be more happy.
Later during the day, I felt connected with Mark Leavitt, and not only because he is now a vegan ; ) He explained us the link between tracking, to identify the habit, the pattern, and then, once understood, act by hacking the habit. I was impressed with the amount of changes – for the better – done in his life, as well as the discipline it involves to get there. As I said in my question, I think that there is so many things that we need to “unlearn” : that’s the challenge of the 21st century, “unlearn” what we’ve learned wrong, with obviously, some focus on nutrition, agriculture and environment. I commented this and was happy to see that Mark and other members of the audience, agreed
Sara Raggare was clearly the big moment of my day in terms of human relation and new person I can admire from now on. Sara is a young, pretty researcher and scientist from Sweden that suffers from Parkinson disease which is already rather intense. Her presentation was about the app she created to help track the evolution of symptom and link it with the intake of drugs, suggesting which one is more useful when. Beside the scientific content, I was moved, nearly to tears, by her courage, her optimism, her strength in life and will to improve other’s life.
The entire “intimate but not voyeur” which is so nice in this conference is really reinforced with the natural, friendly and attentive moderation and questions from Gary Wolff.
I had a great day, guys, thanks.
All names are linked with their own Twitter account.
May 11th, 2013 by Clement Charles

Interviewed alongside Ray Kurzweil, Gordon Bell and Brewster Kahle

 

Capture d’écran 2013-05-11 à 16.46.00

 

Whaouh ! I had the great chance to be interviewed by award winning documentarist Antoine Viviani… The interview was on big data, quantified society, future of lifeloging and digital immortality. The team was great, and chatting with them, I understood that they conducted a lot of interviews in the US with some my personal heroes and key influencers such as Ray Kurzweil, Gordon Bell and Brewster Kahle. I was honored and impressed to among the interviewees for the film.

Previously, Antoine VIVIANI realize this fantastic interactive transmedia called IN SITU documentary and won some awards from it. You can still view it with its interactive enrichment online the specific Arte sub-site.

 

Caption (c) Antoine Viviani, Arte 2011.

 

 

May 11th, 2013 by Clement Charles

Digital Immortality @ ITU World Telecom in Dubai 2012

Clement Charles ITU Telecom World Dubai on QS Digital Immortality

I had the chance to participate to the ITU World Telecom latest event in Dubai. I was invited to speak about data and media in a panel called “Who Owns My Data”. Last night, I was preparing my break out session on digital immortality for the the QS conference.Good surprise, when I typed “digital immortality” in my evernote, I had the real pleasure to seeing one of quotes on that topic from this panel used as title of the big data section of the “outcome report” that is published after the conference. I did overview when I received but apparently did not read with enough attention as I missed my own quote of Digital Immortality : / Still it shows that the topic has impact.

You can download the complete ITU World Telecom 2012 Dubai Outcomes Report. The title with my quote is in the image above, on page 25/35.

Well, thanks a lot, Stewart and Simon !

May 9th, 2013 by Clement Charles

Quantified Self Europe this weekend !

This is clearly the big moment in the QS quarter with the QS Europe Conference. The whole team from SF / US is coming plus a ton of really great speaker.

qs-europeconferenceOn my side, I will be honored to host a break out session on Sunday about “Quantified Self & Digital Immortality”. If you there, connect me and let’s meet for a coffee and a chat.

 

If you cannot attend, I would assume that a lot of content of the conferences and presentation will be available online after the show.

 

 

April 26th, 2013 by Clement Charles

QS Show & Tell: Report from Quantified Self Geneva session

Hello,
This is a short report of our latest QS Show & Tell event from the Quantified Self Geneva group.
Welcome words by Kat, hosting the event at Quality of Life labs of the Geneva university. Great to see we now have more than 30 members in the group.
I then present of latest QS Devices that grabbed his attention such as Zensorium Tinké, HapiFork, OnDaily, iHealth Gluco Monitoring. Laurent also mentioned Memoto and Autographer, two wearable device that automatically capture photo.
Presentation, discussion and debate, by Laurent Eymard, from Red-Dolphin.com
red-dolphin.com – an online community for wearable technologies, including all QS and iHealth related devices.
tracking, not so much of a geek things, as everyone can be interested by its own data for personal improvement.
Presentation on slides below.
Intense discussion on the trackers we are expecting but that are not yet there.
The event ended up at 9.30-10 PM. We agreed to meet close from a restaurant next time ; )
July 11th, 2012 by Clement Charles

Syndication: beyond RSS, exchange leads to profit

Syndication: beyond RSS, exchange leads to profit

 

Syndication is often understood in the world of the Internet as a simple exchange of RSS, allowing one to publish the “headlines” of the other by sending the user back to its site. A more extended understanding of syndication could actually solve a large part of the problems of written press.

 

In the USA, syndication has been existing since a long time in the field of the television, and is understood as the real exchange of complete content. In term of business models, those local channels are actually basing on exchange (minutes against minutes), on “shared” buying (each ones of them pays a small part of the full total) and of promotional or sponsored barter (the broadcasting of the program actually creates notoriety for the producer and\or the sponsor).

 

The written press, and in their various web and online version, could actually adopt the same method, in order to enrich their content proposition at low cost while concentrating their resources on the production of the subjects with high added value which make this media unique. The setting-up of this exchange is not so easy and induce risks, post perceived and real ones, which must be covered to enable the lift-off of this strategy.

 

First of all, parties must consider each other as valid partners, credible partners, with a level of quality and credibility, which is equivalent or similar to both parties.

 

Secondly, the two actors of the exchange must not be in competition for the same audience, first in terms of strategic territory of the media, secondly and in lesser manner in terms of target groups.

 

Thirdly, syndication must be fair to be sustainable, and none of the parties must have the impression then the other shave more benefits in the situation. In that logic, the setting of the objective value of a content must be based on the right mix of qualitative criteria (ex: scoop) and quantitative criteria (ex: size).

 

The shared trust and the setting-up of common values are requesting a lot of efforts within the written press, a complex industry and often a bit conservative. Logical and efficient, syndication is the rational solution and an excellent means to be able to publish massive quantity of high quality content without having to bear all the costs of it.

 

To enable the raise of syndication, intermediary actors are now appearing and positioning themselves as ” third party guarantee”, as an escrow in a financial transaction, proposing a series of tools that allows to organize as well as to structure a marketplace of publishing rights, a marketplace to acquire rights of original and adapted content.

February 17th, 2010 by Clement Charles

METEO 2.0: tous producteurs, tous consommateurs.

Programme à succès par excellence, rendez vous quotidien des médias sur toutes les plateformes, la météo fait partie de ces contenus incontournables, et ce, même si tout le monde sait regarder par la fenêtre le temps du jour.

 

Complexe et demandant des compétences scientifiques réelles, les prévisions météos de nos médias se basent toutes sur les mêmes données fournies par leur organisme national (Météo Suisse, Météo France). A la fois stratégiquement essentielle et une forme de service public, la mise en place d’un réseau de stations de récoltes d’information s’est toujours faites au frais des états qui vendent ce data aux médias.

 

Aujourd’hui, le nombre de senseurs météorologiques “privés” augmente constamment, qu’ils soient fixes, comme les baromètres ou mini-stations météos des particuliers, ou mobiles, comme le thermomètre (voir plus) des voitures ou de certains téléphones portables, géo localisés par GPS ou via d’autres outils.

 

Clairement, le futur de la prévision météo sera lui aussi 2.0, au sens où les principaux contributeurs en contenu seront aussi les consommateurs des prévisions. En effet, alors qu’aujourd’hui, un nombre limité de donnée est interprétés à heure fixe par des êtres humains, on imagine facilement que les capacités actuelles de traitement informatiques permettraient bientôt d’avoir des algorithmes aptes à analyser toutes les données, fixes comme en mouvement, pour livrer en temps réel des prévisions ultra localisées et beaucoup plus fiables statistiquement.

 

Dans cette logique, il y aura bien entendu beaucoup de plus de d’informations précises et mises à jour chaque instant sur la météo entre Coppet et Rolle, que sur les crêts du Jura, pourtant à quelques kilomètres de l’A1 mais fréquentés par un plus petit nombre de producteurs de contenu potentiels.

 

Rétribuer les contributeurs serait trop compliqués, administrativement parlant. Un système réellement collaboratif pourrait être mis en place, ne donnant accès à ces “super prévisions” qu’aux personnes participent à la récolte des données en enclenchant une fonction automatique mettant ce data sur le réseau.

 

Exemple parmi d’autres dans la liste des pratiques renversées par le développement des nouvelles technologies, cette météo 2.0 laissera rapidement la place à des informations plus riches, plus multimédia, plus multidimensionnelle, produite à partir des millions de données récoltés par le “web of things” ou “internet des objets”… A suivre dans un prochain épisode de ComNew.

 

Clément CHARLES, ToutLeContenu.com